Les 5 étapes de la fabrication de la bière

 dans Uncategorized

La bière est la 3e boisson la plus consommée au monde derrière l’eau et le thé. D’ailleurs, plusieurs fêtes et journées lui sont attribuées. Mais ne vous êtes-vous jamais demandé comment elle était fabriquée ? Qu’est-ce qui peut bien lui donner ce goût si unique et cette petite amertume ? Sa fabrication se fait selon 5 principales étapes :

Le maltage

Pour cette étape, on utilise généralement du grain d’orge. Le but est de recréer, de façon industrielle, son développement naturel. Ainsi, les grains produiront des enzymes et du sucre. Pour ça, il faut dans un premier temps tremper le grain dans l’eau en alternant avec des périodes dans l’air. Une fois l’humidité augmentée, le grain d’orge va germer. À partir de là, on l’appelle le malt vert. Ensuite, on le fait sécher en augmentant progressivement la température puis on enlève les radicelles. Tout ça permet la transformation d’un grain en malt. La température choisie aura un impact sur la couleur du malt et donc sur la couleur de la bière.

Le brassage

Ici, on commence par écraser le malt puis on le mélange avec de l’eau. Ce mélange s’appelle la maische et il va falloir le chauffer. Il existe trois techniques de chauffage :

  • La décoction : Il faut mettre la maische dans 2 cuves. Ensuite, on récupère une partie de la première cuve pour la porter à ébullition puis on met cette partie chaude dans la 2e cuve, ce qui augmente la température. Il faut le faire plusieurs fois pour obtenir la température voulue.
  • L’infusion par palier : On ajoute dans la maische de l’eau très chaude pour atteindre petit à petit la température idéale.
  • L’infusion simple : L’eau qu’on utilise pour faire la maishe est déjà chaude et à la bonne température.

Enfin, on filtre le tout dans une cuve. Ce qu’il reste à la fin s’appelle le moût.

Le houblonage

Les enzymes créées pendant l’étape du maltage ne servent plus à rien. Pour s’en débarrasser, on porte le moût à ébullition. C’est à ce moment-là qu’on ajoute le houblon qui donne le goût de la bière mais aussi son amertume. Plus le mélange restera à ébullition, plus la bière sera amère. C’est pour cela que certains utilisent une technique appelée le houblonnage à cru.

La fermentation

La fermentation, c’est le moment ou le sucre va se transformer en alcool et en CO2. Pour cela on utilise des levures qui vont se charger de la transformation. Il y a 4 types de fermentations différentes :

  • La fermentation basse : idéalement entre 10 et 15°c. Les bières créées par ce processus se conservent mieux et le degré d’alcool est faible.
  • La fermentation haute : idéalement entre 18 et 21 °c. Elles se conservent moins longtemps, leur degré d’alcool est plus haut.
  • La fermentation spontanée : contrairement aux autres méthodes, on n’ajoute pas de levure, on laisse faire celles présentes dans le milieu.
  • La fermentation mixte : c’est le mélange entre des levures ajoutées et les levures naturelles. Généralement elles sont un peu plus acides.

Le conditionnement

Pour la dernière étape, il faut éviter tout contact avec des agents pathogènes pour éviter la dégradation de la bière. Pendant une période, la bière est stockée dans un réservoir réfrigéré. Enfin, la bière est mise en bouteille, en fût ou en canette, l’opération se fait sous vide.

Beaucoup de chemin pour finir dans nos verres. Mais le jeu en vaut la chandelle !

 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Recent Posts

Laisser un commentaire

Contactez-nous

Posez votre question et nous vous répondrons dans les plus brefs délais !

Illisible ? Changez le texte captcha txt